Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > Vitamines D et infections respiratoires

Vitamines D et infections respiratoires

Retour
1b grippe

Une supplémentation en vitamine D apporterait une protection contre les infections respiratoires aiguës incluant la grippe et le rhume.

Plusieurs études ont déjà montré qu’il existe un lien entre le niveau de vitamine D et le risque d’infections respiratoires. Les personnes présentant un faible niveau de vitamine D ont tendance à avoir un risque plus important de développer une infection respiratoire.

Si une petite partie de nos besoins en vitamine D sont couverts par des apports alimentaires, la vitamine D est essentiellement synthétisée dans les couches profondes de la peau sous l’action des rayons UVB du soleil. Cela veut dire que nos niveaux de vitamine D sont au plus haut en été et au plus bas en hiver et au printemps.

Les infections respiratoires sont plus fréquentes en hiver et au printemps lorsque les niveaux de vitamine D sont au plus bas. Des chercheurs supposent que ces faibles niveaux de vitamine D peuvent constituer un facteur susceptible d’affecter le risque de développer une infection respiratoire. Quelques études ont également montré que lorsque des personnes présentant des niveaux élevés de vitamine D contractent une infection respiratoire, les symptômes sont moins sévères et la maladie dure moins longtemps.

Des chercheurs[1] ont analysé les données provenant de près de 11 000 personnes ayant pris part à 25 essais cliniques conduits dans 14 pays incluant notamment le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Japon, l’Inde, l’Afghanistan, la Belgique, l’Italie, l’Autriche et le Canada. Pris individuellement, ces essais apportent des résultats contradictoires : certains montrent que la vitamine D protège des infections respiratoires et d’autres, qu’elle n’a pas d’effet.

Les chercheurs, ont essayé de découvrir la raison de ces résultats divergents. Pour le professeur Adrian Martineau, l’examen des données provenant de ces près de 11 000 personnes, leur a permis de constater que les effets protecteurs d’une supplémentation en vitamine D sont les plus forts chez les sujets qui présentent au départ les niveaux de vitamine D les plus faibles et lorsque la supplémentation en vitamine D est prise quotidiennement ou de façon hebdomadaire plutôt que de façon beaucoup plus espacée.

Chez des personnes ayant un niveau de vitamine D en-dessous de 25 nmol/L, une supplémentation quotidienne ou hebdomadaire, divise par deux le risque d’infection respiratoire aiguë. Chez des personnes présentant un niveau plus élevé de vitamine D, une supplémentation apporte des effets bénéfiques plus modestes et réduit ce risque de 10 %.

Rappelons que les études montrent qu’une part importante de la population a des niveaux insuffisants de vitamine D. En France, 80 % des habitants seraient concernés.

 

[1] Iacobucci J. et al., Vitamin D supplementation does cut respiratory infections, new study suggests. BMJ. 2017 Feb 15;356:j847. doi: 10.1136/bmj.j847.

Article réalisé par Nature Sciences Santé
Voir plus d'articles

Contactez-nous