Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > Retour des beaux jours: les tiques sont partout

Retour des beaux jours: les tiques sont partout

Retour
3a tiques

C’est presque du temps réel. La carte ci-dessous, montrant le nombre de notifications de morsures de tiques en Belgique au cours de l’année dernière, illustre que les morsures de tiques ne concernent pas que les Ardennes… Autant le savoir.


Le problème des tiques, rappelons-le, est la transmission de la maladie de Lyme. En Belgique, une vaste étude menée en 2017 a montré que 14% des tiques étaient infectées par Borrelia burgdorferi, la bactérie responsable de la maladie de Lyme. Sur la base des informations recueillies par un réseau de laboratoires, on constate que la maladie est présente dans presque tous les arrondissements du pays, avec un risque plus élevé dans les provinces d’Anvers, du Limbourg, du Brabant flamand et de Luxembourg. La maladie est présente tout au long de l’année, mais puisque les tiques sont actives surtout du printemps à l’automne, les cas de borréliose sont rapportés principalement de juin à octobre.

La maladie de Lyme 

La maladie de Lyme (ou borréliose) est une maladie infectieuse, causée par la bactérie  Borrelia burgdorferi, transmise à l’homme par la salive de la tique. En absence de traitement, la bactérie peut alors se disséminer vers d’autres parties du corps, principalement les articulations et le système nerveux et, plus rarement, le cœur. Dans certains cas, elle est alors à l’origine de manifestations tardives qui apparaissent au cours des semaines ou mois après la morsure, telles des arthrites ou des atteintes neurologiques. Le risque de transmission de la bactérie augmente avec la durée d’attachement de la tique. Il apparaît faible si la tique est retirée dans les 12 à 24 heures. Après une morsure de tique, on considère que le risque de développer la maladie est d’environ 1 à 3%.

Retirer sans écraser 

Au retour: s’inspecter soigneusement après chaque balade dans la nature. Il faut prendre une douche en frottant activement. Si une tique s’est fixée à la peau, il faut absolument éviter de lui comprimer son abdomen. Si on utilise une pince, celle-ci doit être très fine et, contrairement à ce qu’on dit parfois, il ne faut pas tourner la pince. Il ne faut pas non plus appliquer de produit avant le retrait. Même s’il reste un petit morceau de la tête, il n’y a plus de risque de transmission de la maladie. Désinfecter soigneusement, puis surveiller pendant plusieurs semaines. On peut aussi recommander la carte à tiques, disponible en pharmacie et munie d’une loupe grossissant 4 fois. A avoir toujours dans son portefeuille !

La maladie de Lyme (ou borréliose) est une maladie infectieuse, causée par la bactérie Borrelia burgdorferi, transmise à l’homme par la salive de la tique

Et la méningo-encéphalite à tiques ? 

L’encéphalite à tiques (ou TBE) est une maladie infectieuse causée par le virus de l’encéphalite à tiques (TBEV). La maladie est présente dans une grande partie de l’Europe, comme en Hongrie, en Tchéquie ou en Slovénie, mais aussi dans des régions où la pratique de la randonnée est fréquente comme le Sud de l’Allemagne ou l’Autriche. 

En Belgique, des études chez des animaux ont montré que le virus est présent dans notre pays depuis plusieurs années. Cependant, le nombre de tiques infectées étant probablement très faible, la maladie chez l’homme est très rare. À l’automne 2018, une encéphalite à tiques a toutefois été diagnostiquée pour la première fois chez deux personnes ayant probablement été infectées en Belgique. L’infection par le virus de l’encéphalite à tiques est souvent asymptomatique (dans environ deux tiers des cas) ou provoque une maladie bénigne, avec des symptômes pseudo-grippaux (fièvre, fatigue, maux de tête, durant 5 jours en moyenne) qui disparaissent spontanément. Cependant, après une période sans plaintes (d’environ une semaine jusqu’à 20 jours), certaines personnes peuvent connaître une deuxième phase plus grave de la maladie, avec inflammation des méninges ou du cerveau. La grande majorité de ces patients guérira complètement, mais 10% peuvent avoir des lésions résiduelles et 1 à 2% peuvent en mourir.

Vaccination 

La maladie peut être évitée par la vaccination. C’est pourquoi aujourd’hui, la vaccination contre l’encéphalite à tiques d’Europe Centrale peut être conseillée aux personnes (campeurs, randonneurs mais également simples promeneurs) qui se rendent dans les zones  endémiques, plus particulièrement durant la saison des tiques (entre avril et octobre).


Article réalisé par Letz be healthy
Voir plus d'articles

Contactez-nous