Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > La césarienne en 7 questions

La césarienne en 7 questions

Retour
Pregnant woman 1910302 960 720

En tant que future maman, vous vous posez chaque jour des tas de questions légitimes : « Et si je devais accoucher par césarienne ? Comment se déroulera cette intervention ? Y a-t-il des risques pour mon bébé et pour moi ? ». Cependant, pas de panique : la césarienne est aujourd’hui bien maîtrisée. 


1. Qu’est-ce qu’une césarienne ?

C’est une opération chirurgicale qui consiste à extraire le nouveau-né après une incision au bas du ventre (la paroi abdominale et l’utérus), quand l’accouchement par les voies naturelles est impossible. La césarienne peut être programmée lorsque certaines contre-indications empêchent la femme d’accoucher par voie basse ; elle peut aussi être pratiquée en urgence, en cours du travail, si le nouveau-né présente des signes (enregistrés grâce au monitoring) montrant qu’il est temps d’intervenir.


2. Comment se déroule une césarienne ?

La césarienne a lieu dans un bloc opératoire. La femme est allongée, éveillée. Seul le bas du corps est sous anesthésie afin qu’elle puisse vivre son accouchement. Le chirurgien réalise une incision horizontale d’une dizaine de centimètres, 2 à 3 centimètres au-dessus du pubis. Il écarte les muscles de la paroi abdominale sans les sectionner et encourage la patiente à pousser. Le chirurgien-obstétricien guide alors le bébé hors de l’utérus, puis le pose peau à peau avec la maman. Il referme ensuite l’utérus et la paroi abdominale. Au total, une césarienne dure environ 30 minutes.


3. Dans quels cas la césarienne est-elle indiquée ?

Il y a deux raisons principales pour lesquelles une césarienne est pratiquée :


  • Pour le bien-être du bébé : si le fœtus n’a plus d’énergie pour supporter les contractions (son rythme cardiaque montre des signes anormaux), s’il se présente d’une mauvaise manière (par l’épaule, en position transversale), si le cordon ombilical est mal placé…, une césarienne est envisagée.
  • Pour le bien-être de la maman : certaines raisons médicales peuvent aussi empêcher la maman d’accoucher par voie basse : un bassin trop petit pour permettre au bébé de descendre, des pathologies cardiaques qui ne permettent pas de supporter l’effort de l’accouchement, une hypertension artérielle sévère, un décollement prématuré du placenta...

4. Quels sont les risques d’une césarienne ?

Grâce aux progrès de la chirurgie et de l’anesthésie-réanimation, les risques maternels et fœtaux sont aujourd’hui minimes et correspondent à ceux d’une chirurgie abdominale classique. Le saignement est un peu plus abondant que lors d’un accouchement par voie basse et une infection de la cicatrice est parfois possible.


5. Et après ?

Dans les heures qui suivent la césarienne, la maman se retrouve au calme avec son bébé et le papa. Les douleurs post-opératoires sont plus importantes qu’en cas d’accouchement par voie basse. La patiente est donc équipée d’une pompe à morphine pour gérer ces douleurs.

Dans la journée ou le lendemain, la maman se lève, avec l’aide d’un kinésithérapeute ou d’une sage-femme. Un pansement est posé sur la cicatrice durant 2 jours, puis celle-ci reste à l’air libre. Des sages-femmes passent à domicile pour enlever les fils s’ils ne sont pas résorbables, environ 7 à 10 jours après la chirurgie. 


6. Ma cicatrice sera-t-elle visible ?

Le lendemain de l’accouchement, la cicatrice est visible. Elle s’estompera avec le temps. Quelques mois après l’intervention, les rougeurs s’atténuent et la cicatrice prend la couleur de la peau. Après un an, celle-ci devient pratiquement invisible car elle est cachée par les poils pubiens. En bikini ou en sous-vêtements, impossible de savoir que vous avez subi une césarienne. 


7. Puis-je accoucher par voie basse après une césarienne ?

Bien sûr ! Si la cause de la césarienne n’est pas permanente (comme un bassin trop étroit) et que la première intervention s’est déroulée normalement, un accouchement vaginal est tout à fait possible pour un deuxième bébé. Un délai d’un an est toutefois recommandé pour éviter que la cicatrice ne s’ouvre lors de l’accouchement.





L'article vous a plu ? Consultez d'autres articles santé féminine sur Gyn&co et inscrivez-vous gratuitement à leur newsletter ! 


Article réalisé par Gyn&Co
Voir plus d'articles

Contactez-nous