Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > En novembre, on se mobilise contre la résistance a...

En novembre, on se mobilise contre la résistance aux antibiotiques!

Retour
Pills 1498602 960 720

Durant le mois de novembre, de nombreuses campagnes sont menées pour sensibiliser le grand public à un usage correct des antibiotiques, tant en Belgique que dans le monde entier.


Du 12 au 18 novembre, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) organise la quatrième semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques. Ces médicaments sont une ressource précieuse et ils doivent être manipulés avec précaution ! Pour l’OMS, la situation est plus que préoccupante : la résistance aux antibiotiques représente une grave menace pour la santé dans le monde ! Nous sommes tous concernés par le risque dû au mauvais usage des antibiotiques. Le changement ne peut pas attendre : l’ère des antibiotiques est en passe de s’achever.


L’OMS trop alarmiste ? Certainement pas ! D’ailleurs, l’Union européenne est du même avis et se mobilise aussi. Ce 18 novembre, elle organise la Journée européenne d’information sur les antibiotiques.  Les chiffres d’un récent Eurobaromètre le confirment : près d’un tiers des personnes interrogées dans l’UE ont pris des antibiotiques dans l’année. C’est beaucoup ! Mais ce qui interpelle surtout, ce sont les différences de consommation entre pays : elle est, par exemple, près de 3 fois plus élevée chez nous que chez nos voisins néerlandais. Or la surconsommation d’antibiotiques favorise l’apparition de résistances. Et c’est bien là un (très gros) problème de santé publique.


La résistance aux antibiotiques, qu’est-ce que c’est ? 


La résistance aux antibiotiques – ou antibiorésistance – est la capacité d’une bactérie à lutter contre l’action d’un ou de plusieurs antibiotiques. En d’autres mots, ceux-ci deviennent de moins en moins efficaces, face à des bactéries de plus en plus résistantes à ces médicaments. C’est ainsi que se développent des « superbactéries », résistantes à plusieurs antibiotiques et parfois même à tous. Un drame pour les patients et leurs médecins, qui se trouvent alors totalement démunis pour lutter contre certaines maladies. 

La tuberculose: un exemple parmi d’autres…


Vous pensiez que la tuberculose appartenait au passé ? Hélas non. Des souches multirésistantes de la tuberculose font des ravages dans de nombreux pays. Les antibiotiques, même combinés, n’en viennent pas à bout et ces souches multirésistantes se propagent. L’an dernier, 450.000 nouveaux cas de tuberculose multirésistante aux antibiotiques ont été détectés. 

Comment en est-on arrivé là ? 


A force d’utiliser massivement les antibiotiques, tant chez les humains que chez les animaux, nous avons favorisé la survie et la reproduction de bactéries dotées de systèmes de défense contre ces médicaments. Les bactéries se sont en quelque sorte « mieux armées » contre les antibiotiques qui ne font dès lors plus effet. Et cette résistance se propage… 


Les antibiotiques sauvent des vies… faisons en sorte que cela continue !


Si nous voulons préserver l’efficacité des antibiotiques, nous devons redoubler d’efforts. Dans un rapport publié récemment, les experts de l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) estiment que les « infections à superbactéries pourraient tuer quelque 2.4 millions de personnes en Europe, en Amérique du Nord et en Australie au cours des 30 prochaines années.»
Vous comprenez mieux pourquoi l’antibiorésistance est une réelle menace pour la santé publique ? Testez vos connaissances sur le sujet, faites le quiz proposé par l’Organisation Mondiale de la Santé !  

Qu’est-ce qu’on peut (y) faire ? 


Si nous sommes tous concernés par les risques dus au mauvais usage des antibiotiques, nous pouvons aussi tous participer à la lutte contre l’antibiorésistance. Les experts de l’OCDE considèrent ainsi que trois décès sur quatre dus à des infections à “superbactéries” pourraient être évités à l’aide de mesures simples et peu coûteuses, que nous pouvons tous mettre en œuvre !

Vous souhaitez inverser la tendance ? Découvrez ici comment vous pouvez changer la donne.


Article réalisé par Pharmacie.be/Apotheek.be
Voir plus d'articles

Contactez-nous