Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > La thyroïde, la glande qui rythme notre organisme

La thyroïde, la glande qui rythme notre organisme

Retour
Neck 1211231 960 720

Cette petite glande en forme de papillon, tout juste placée sous la peau à la base du cou, joue un rôle déterminant dans notre organisme. Lorsqu’elle est sujette à des dysfonctionnements, c’est tout le métabolisme qui est déréglé !

Qu’est-ce que la thyroïde ?

La tyroïde est une petite glande qui produit des hormones : en grande majorité la T4 (tétraiodothyronine ou thyroxine) et la T3 (triiodothyronine). Tous les organes de notre corps sont dotés de récepteurs aux hormones thyroïdiennes. Ces hormones influencent de nombreux paramètres de notre métabolisme : la régulation de la température, du rythme cardiaque, du système digestif, le poids, l’humeur, le sommeil, etc.

En effet, les hormones thyroïdiennes aident l’organisme à s’adapter au changement d’environnement. Les femmes sont les plus concernées par les dérèglements du fonctionnement de la thyroïde, notamment à certaines périodes clés, comme l’adolescence, la grossesse, après l’accouchement et à la ménopause.

Comment fonctionne la thyroïde ?

La thyroïde fabrique majoritairement ses hormones à partir de l’iode capté dans l’alimentation (poisson, algues, crustacés, jaune d’œuf, laitages, soja, haricots verts, etc.). Cette production d’hormones thyroïdiennes est régulée par la TSH (thyréostimuline), une hormone produite par une glande du cerveau appelée hypophyse :

  • le taux de TSH augmente lorsque l’organisme ne contient pas suffisamment d’hormones thyroïdiennes, afin que la thyroïde augmente sa production ;
  • à l’inverse, le taux de TSH diminue lorsque la thyroïde en produit trop.

Le dosage de la TSH dans le sang permet donc d’identifier certains dysfonctionnements de la thyroïde. Dans de très rares cas, lorsque les taux de TSH et des hormones thyroïdiennes sont tous les deux bas ou hauts, le problème peut ne pas se situer dans la thyroïde mais dans l’hypophyse.

L’hyperthyroïdie : trop d’hormones thyroïdiennes

La thyroïde peut augmenter de volume (on parle de « goitre ») et des nodules peuvent se greffer dessus (goitre nodulaire). Ces nodules sont bénins dans 95% des cas, et ils n’influencent pas nécessairement le fonctionnement de la thyroïde. Mais si un nodule est toxique, il peut augmenter la fabrication d’hormones.

Lorsque la thyroïde produit trop d’hormones, l’organisme est en surmenage. La température et le rythme cardiaque augmentent, on observe une perte de poids, de la nervosité, des tremblements, les yeux sont exorbités, etc. Cette suractivité de l’organisme peut aussi être causée par la maladie de Basedow, dans laquelle des anticorps stimulent le fonctionnement de la thyroïde.

L’hypothyroïdie

Lorsque la thyroïde ne produit pas assez d’hormones, l’organisme fonctionne au ralenti, comme une voiture qui manquerait d’essence. La peau est sèche, le cœur bat plus lentement, le teint est pâle, on observe une frilosité, de la constipation, de la fatigue, des crampes, des trous de mémoire, une prise de poids, etc.

L’hypothyroïdie, plus fréquente que l’hyperthyroïdie, se manifeste surtout chez les femmes de plus de 50 ans. L’une des causes les plus courantes de ce déficit de l’activité thyroïdienne est la maladie d’Hashimoto, une maladie auto-immune dans laquelle le corps produit des anticorps contre la thyroïde qui finit par ne plus produire assez d’hormones.

Les autres maladies de la thyroïde

Dans de rares cas, les nodules du goitre peuvent être cancéreux. Pour le vérifier, il faut procéder à une cytoponction: ce geste médical consiste à prélever avec une aiguille fine quelques cellules du nodule et à analyser leur caractère malin ou bénin. Il existe aussi d’autres pathologies comme la thyroïdite subaiguë, une inflammation de la thyroïde, ou encore la thyroïdite des femmes enceintes, un trouble survenant après l’accouchement et qui se caractérise par une hyperactivité de la thyroïde, suivie ensuite d’un fonctionnement au ralenti.

Date de publication : 20-08-2018



L'article vous a plu ? Consultez d'autres articles santé féminine sur Gyn&co et inscrivez-vous gratuitement à leur newsletter !

Article réalisé par Gyn&Co
Voir plus d'articles

Contactez-nous