Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > Les antidépresseurs sont-ils vraiment efficaces ?

Les antidépresseurs sont-ils vraiment efficaces ?

Retour
D%c3%a9pression

L’efficacité des médicaments contre la dépression soulève de nombreuses questions, sachant qu’une proportion importante des patients dépressifs n’y répond pas. Que peut-on dire à ce stade ?

Une équipe britannique (université d’Oxford) a croisé les résultats de quelque 500 études « solides » réalisées sur le sujet, concernant la vingtaine d’antidépresseurs les plus prescrits dans le monde. Comme l’explique Le Quotidien du Médecin, le résultat global montre que « tous les antidépresseurs font mieux que le placebo, mais avec une efficacité faible à modérée selon les molécules ». L’efficacité a été définie comme une réduction d’au moins 50% du « score de dépression » mesuré huit semaines après le début du traitement. L’un des chercheurs indique que « nos travaux sont pertinents pour les patients adultes présentant un premier ou un second épisode dépressif majeur », qui constituent la population typique vue en consultation pour dépression.

Améliorer davantage les traitements

L’analyse met en évidence des différences entre les molécules, certaines s’étant avérées plus efficaces que d’autres. Toutefois, s’agissant de données globales, ceci ne dit pas tout de la réaction individuelle (qui peut être très différente d’un patient à l’autre pour un même médicament). Le coordinateur de l’étude souligne : « Les antidépresseurs sont des médicaments efficaces, mais près d’un tiers des patients dépressifs ne sont pas répondeurs. Avec une efficacité allant de faible à modérée pour les antidépresseurs disponibles, il est clair qu’il y a encore besoin d’améliorer davantage les traitements ».

Il insiste sur un autre point : « Les médicaments ne doivent pas forcément s’inscrire comme la première ligne de traitement et ils devraient toujours être envisagés parmi d’autres options, comme les thérapies psychologiques ». Ce qui renvoie à l’importance de la discussion entre le médecin et le patient, afin de s’orienter vers le traitement le mieux adapté à chaque situation.

Source: The Lancet (www.thelancet.com) 
publié le : 24/04/2018 , mis à jour le 24/04/2018

L'article vous a plu ? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de PassionSanté ! 


Article réalisé par PassionSanté.be
Voir plus d'articles

Contactez-nous