Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > Quels traitements contre l'ostéoporose ?

Quels traitements contre l'ostéoporose ?

Retour
Ost%c3%a9oporose

L'ostéoporose, touche surtout les femmes, mais affecte une proportion importante d'hommes. Etat des lieux.

osteoporose-heupkop-250.jpg

L'ostéoporose concernera, à un moment ou à un autre de l'existence, une femme sur trois, mais aussi – et on a trop souvent tendance à l’oublier - un homme sur cinq.

Les plus récentes données sont assez alarmantes. Les discours des responsables scientifiques vont d'ailleurs tous dans le même sens : "Il faut que l’ostéoporose devienne une priorité de santé publique au même titre que le cancer. Il est impératif non seulement de favoriser la prévention, la détection rapide de la pathologie (densitométrie osseuse), mais d’offrir les remboursements médicaux ad hoc des thérapies et traitements les plus importants et les plus fréquents ".

De fait, les risques de morbidité et de mortalité liés à l’ostéoporose semblent bien trop négligés.

Qu'est-ce que c'est ?

L’ostéoporose se caractérise par une une diminution de la densité minérale des os et la déstructuration de leur architecture. Le risque de fracture est dès lors considérablement accru (surtout fracture de la hanche). Vers l’âge de 65-70 ans, une femme sur trois en est atteinte.

Avec la ménopause, la femme perd de son capital osseux. Le développement de l’ostéoporose peut également être dû à la prise de certains médicaments comme la cortisone, des excès d’alcool, le tabagisme, l’anorexie, ainsi qu'une carence en calcium et en vitamine D.

L’ostéoporose est diagnostiquée par densitométrie osseuse. Cet examen se pratique généralement en milieu hospitalier sur recommandation du médecin généraliste, du rhumatologue ou du gynécologue.

Les traitements

osteoporose-wervel-170_01.jpg

• A la ménopause : un traitement hormonal de substitution (THS) durant maximum cinq ans et sous étroite surveillance médicale. Attention, chez certaines femmes, le THS n'est pas recommandé en raison de risques cardiovasculaires et de cancer du sein, ou en considérant d'autres effets secondaires importants.

• Les SERM (Selective Estrogen Receptor Modulators).

• Les bisphosphonates souvent prescrits aux patient(e)s âgé(e)s, afin de freiner la déperdition osseuse et d'augmenter la minéralisation des os.

• Des injections quotidiennes d’hormones parathyroïdiennes dans les cas sévères pour reconstituer la masse osseuse.

• Le ranelate de strontium ou encore l’acide zoledronique en intraveineuse (1x/an)

• Des apports de calcium (dans l'alimentation ou en suppléments quotidiens) et de vitamine D. Cette dernière, puisée dans l’alimentation, dans les UVB ou dans des suppléments, permet d’absorber le calcium.

Une ostéo-densitométrie à titre préventif est recommandée à partir de 50-55 ans, puis tous les deux ans.

Une maladie mortelle

Environ 200 millions de femmes dans le monde souffrent d’ostéoporose. Et avec l'allongement de l'espérance de vie, ce nombre ira croissant. 

En Europe, chaque année, quelque 179.000 hommes et 611.000 femmes sont victimes d'une fracture de la hanche, l’une des conséquences principales de l’ostéoporose. Et ces accidents sont une cause majeure de mortalité !

Source: Belgian Bone Club : Belgian Campaign 2008-2009 Lettre d’information des Cliniques Universitaires Saint-Luc. Pr J.-P. Devogelaer 
publié le : 13/01/2012 , mis à jour le 08/08/2015

L'article vous a plu ? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de PassionSanté ! 


Article réalisé par PassionSanté.be
Voir plus d'articles

Contactez-nous