Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > Le syndrome du côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable

Retour
Offal 1463369 960 720

Le syndrome du côlon irritable, aussi appelé syndrome de l'intestin irritable, est une affection très fréquente puisque 20% des adultes seraient concernés. Il s’agit d’une pathologie particulièrement ennuyeuse, douloureuse, invalidante. Mais contrairement à ce que d'aucuns pensent, elle ne constitue pas un facteur de risque de développer un cancer du côlon.

De quoi s’agit-il ?

On parle de syndrome du côlon irritable en cas d'inconfort intestinal pendant plus de trois mois durant l'année écoulée. La douleur est un symptôme majeur, avec :

• les ballonnements
• une alternance de diarrhée et de constipation 
• une présentation anormale des selles : molles, liquides ou très dures 
• des changements lors des déjections (devoir pousser de façon inhabituelle...) 
• la sensation que les déjections ne sont pas complètes 
• la présence de glaires dans les selles, mais pas de sang 
• des flatulences et un ventre sensible à la palpation, notamment le gros intestin 

D’autres plaintes peuvent également être observées : sensation de malaise, moins bonne digestion, dyspepsie, fatigue, douleurs lors de la miction. On y associe parfois de l’anxiété, du stress ou encore des symptômes dépressifs. Les plaintes sont souvent de longue durée avec des pics, des périodes « avec » et des périodes « sans », des moments de répit…, et toujours de façon imprévisible.

Les causes

Il n'existe pour l’instant aucune explication formelle et universelle qui permette de comprendre les mécanismes (apparition et rechutes) du syndrome du côlon irritable. Les plaintes peuvent se manifester après une infection intestinale antérieure (salmonellose par exemple) ou en période de grand stress. Certains chercheurs évoquent le manque de fibres dans l’alimentation ou une intolérance au lactose.

Le médecin

123-p-vr-pijn-buik-jong-170-4.jpg

Le syndrome du côlon irritable est une affection invalidante mais relativement bénigne, et il est toujours préférable de se tourner vers un médecin pour recevoir les conseils adéquats.

En tout état de cause, et au-delà du syndrome du côlon irritable, cette consultation médicale est vivement recommandée en cas : 

• de perte de poids supérieure à 3 kg en un moins d’un mois, sans explication
• d'antécédents familiaux de cancer de l’intestin 
• de douleurs dans le bas du ventre 
• de fièvre accompagnant les douleurs abdominales
• de plaintes suspectes survenant lors de la prise de certains médicaments (antibiotiques, antagonistes calciques, diurétiques, morphine, codéine) ou après avoir consommé certains aliments ou bu certaines boissons
• de présence de sang dans les selles 
• de diarrhée intermittente depuis plus de deux semaines (beaucoup moins si les selles sont presque toujours liquides) 
• de constipation chronique malgré l’utilisation de laxatifs, de fibres, de suppositoires à la glycérine...

Le diagnostic

En général, le médecin posera le diagnostic sans devoir nécessairement recourir à des examens plus approfondis (scanner, IRM, coloscopie...). Il s'agira bien entendu d’éliminer l'hypothèse d'un cancer, de polypes ou de la maladie de Crohn. Chez les personnes âgées qui expriment des plaintes pour la première fois, un examen complémentaire sera cependant nécessaire pour exclure le cancer de l'intestin avec suffisamment de certitude.

Les conseils

123-fruit-groenten-dieet-gez-voed-170_08.jpg

• L'un des points les plus importants consiste à essayer de maîtriser son stress. Le soutien et les conseils du médecin sont essentiels pour rassurer le patient. Le stress et l'anxiété peuvent mener à un cercle vicieux.

• Il faut continuer à vivre le plus normalement possible, en poursuivant ses activités. Certains patients y rechignent, par crainte que les symptômes s'aggravent. C'est une erreur.

Il peut être utile de chercher à déterminer si certains aliments favorisent l'apparition des crises, et dans ce cas les éviter.

Plus fondamentalement, un régime alimentaire équilibré est la meilleure option. Cela signifie :

• la consommation quotidienne de fruits et de légumes
• des apports suffisants en fibres
• bien s'hydrater
• limiter les graisses

Il est important de pratiquer une activité physique régulière (même d'intensité modérée).

Les laxatifs de lest constituent une option contre la constipation lorsque les adaptations du mode de vie s'avèrent insuffisantes. Face à la diarrhée, des suppléments de fibres améliorent la consistance des selles. En ce qui concerne la douleur, certains médicaments (antispasmodiques) peuvent apporter un soulagement.


publié le : 02/02/2011 , mis à jour le 06/03/2015 

L'article vous a plu ? Inscrivez-vous gratuitement à lanewsletter de PassionSanté ! 


Article réalisé par PassionSanté.be
Voir plus d'articles

Contactez-nous